10ème anniversaire du Groupe Al Omrane: Un coup d’œil rétrospectif

0
0
267

Au cours des 10 dernières années, le Holding d’Aménagement Al Omrane ( HAO) figure dans le peloton de tête des investisseurs publics du Royaume du Maroc, à travers des projets consistants qu’il a réalisés sur le territoire national.
Le Groupe Al Omrane constitue le paradigme de l’entreprise publique ayant réalisé des performances en termes d’habitat, en particulier le logement social, et d’aménagement foncier. Cependant, le Groupe Al Omrane assume une lourde responsabilité à travers la concrétisation sur le terrain de la politique de l’Etat en matière d’habitat. Depuis, sa création en 2007, le groupe Al Omrane a réalisé des performances dans le domaine du logement et de l’aménagement foncier. Son produit est très convoité par les marocains de l’intérieur et de l’extérieur du pays. Décryptage !

Aujourd’hui, le Holding d’Aménagement Al Omrane souffle sa dixième bougie tout en exprimant sa satisfaction et sa réussite dans l’accomplissement de sa mission qui relève parfois de l’impossible. Puisque sa raison d’être est de mener tout une bataille pour l’éradication des bidonvilles dans le cadre du programme « villes sans bidonvilles », la lutte contre l’habitat insalubre, la lutte contre le menaçant ruine, la réhabilitation du patrimoine dans les médinas et les ksours. Au-delà de ces missions épineuses et périlleuses, le Groupe Al Omrane œuvre pour la concrétisation de la politique de l’Etat en matière d’habitat à travers la requalification des quartiers sous-équipés, la mise à niveau urbaine des agglomérations, la construction des logements économiques (140000 dh) et des logements sociaux (250000 dh), la création de villes nouvelles, l’aménagement de pôles urbains et l’aménagement foncier.
Le Holding d’Aménagement Al Omrane met en apothéose son sillage historique jalonné de performances en matière d’habitat et d’aménagement foncier. Un coup d’œil rétrospectif sur les différents chantiers réalisés par cet opérateur est de mise.
C’est dans cette perspective que le Groupe Al Omrane, premier opérateur public dans l’aménagement foncier et l’habitat, a célébré ses 10 ans de performances et plus de 40 ans d’expertise au service du citoyen et du développement territorial. Pour marquer cet événement, une Conférence Internationale sur le thème « Habitat, développement urbain et régionalisation : Défis de la durabilité et enjeux de la gouvernance territoriale de l’action publique » a été organisée le Mercredi 13 Décembre 2017 à Rabat.
La séance d’ouverture officielle s’est déroulée sous la présidence effective du Chef du Gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani, de Mme Fatna El Khiel, Secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat, Ministère de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, du Président du Directoire du Groupe Al Omrane, Mr Badre Kanouni et en présence d’autres personnalités nationales et étrangères.
Après le témoignage de plusieurs personnalités, onusiennes, européennes et africaines, deux panels se sont succédés en cette journée du Mercredi 13 Décembre 2017 : le premier portait le thème, « Le Maroc urbain aujourd’hui et demain, des enjeux et des opportunités » et le second « Prospective territoriale : les enjeux pour les villes de demain».

« Habitat, développement urbain et régionalisation : Défis de la durabilité et enjeux de la gouvernance territoriale de l’action publique » : une thématique d’actualité

« Le choix de la thématique pour marquer ce moment fort de la vie d’un grand opérateur national Al Omrane, qui fête ses 10 ans, est loin d’être fortuit », souligne Mr Badre Kanouni, Président du Directoire.
En effet, ce choix trouve ses raisons d’une part dans la vision stratégique annoncée et assumée par le Groupe de jouer un rôle de premier plan aux côtés de ses partenaires dans la mise en œuvre des différents projets de développement initié par le gouvernement et les conseils des Régions, à travers la mise à profit d’une expertise de plus 40 ans cumulée par les différents opérateurs publics qu’il a fini par regrouper et fusionner en 2007.
D’autant plus que le Groupe Al Omrane met en œuvre sa feuille de route inspirée des Hautes Orientations Royales déclinées dans le Programme du Gouvernement et précisées par les orientations stratégiques fixées par le Conseil de Surveillance ayant défini les stratégies et les plans d’action du Holding et des 14 sociétés filiales du groupe. Cette démarche, tout en assurant la convergence des efforts a permis à chaque filiale, d’intégrer ses propres spécificités, notamment territoriales et de prendre en compte les défis à relever couvrant les relations institutionnelles qui connaissent une évolution particulière, suite à la mise en place de la régionalisation avancée.
Dans ce cadre, le Groupe accompagne cette dynamique à travers une forte mobilisation pour poursuivre sa mission sociale et ce, à travers la contribution à la production de logements sociaux avec un rôle d’opérateur leader sur les segments et les régions les moins attractifs, la résorption de l’habitat insalubre, l’amélioration des conditions d’habitat des citoyens, la valorisation du foncier public, la promotion du partenariat avec le secteur privé et l’accompagnement du développement des villes nouvelles.

Holding d’Aménagement Al Omrane (HAO) : Une entreprise publique avec de grandes performances

Au cours des dix dernières années, le Holding d’Aménagement Al Omrane a réalisé un investissement cumulé qui dépasse les 72,5 Milliards de DH sur cette période et une production totale de plus de 490.000 unités d’habitat et près d’un million d’unités de mise à niveau urbaine, ayant fait appel à des milliers de prestataires : bureaux d’études, architectes, sociétés de travaux et ayant mobilisé des centaines opérateurs privés, nationaux et internationaux.
Ils ont été près de 5 millions de marocaines et marocains à avoir bénéficié des différents projets d’habitat et de développement urbain réalisés depuis la naissance en 2007 du Groupe Al Omrane.
Au-delà de l’envergure et de l’importance de ces chiffres, ces résultats montrent le rôle de premier plan joué par le groupe tant au niveau du secteur de l’habitat qu’au niveau de l’ensemble de l’économie nationale. Ceci procure à cet opérateur public la conviction que les plus grands défis peuvent être valablement relevés lorsqu’on dispose de la bonne approche et que l’on bénéficie de l’adhésion inconditionnelle de l’ensemble des partenaires.
En effet, la montée en puissance des investissements du Groupe a été accompagnée par un ajustement organisationnel davantage adapté à ses orientations stratégiques. A ce titre, une véritable politique de conduite du changement a été amorcée, articulée autour de plusieurs projets internes structurants avec un accompagnement régulier en communication, notamment l’actualisation des référentiels d’organisation, des chartes de gouvernance et d’investissement, la mise à jour des processus et procédures et la mise en place de dispositifs de développement du capital humain. Le Groupe a, ainsi, évolué petit à petit dans le sens d’un pilotage financier intégré de ses activités et d’un suivi régulier et proactif de sa performance. Ceci a été rendu possible grâce, notamment, à la refonte de son Système d’Information, qui a permis à la fois la fiabilisation de ses données et une plus forte coordination entre les activités des Sociétés Filiales, renforçant ainsi la bonne gouvernance du Groupe.

Groupe Al Omrane : Quel champ d’intervention ?

Le Groupe Al Omrane contribue au développement territorial à travers la construction de villes nouvelles et de pôles urbains, l’équipement de zones d’urbanisation nouvelle, la mise à niveau urbaine et la réalisation d’équipements et d’infrastructures. Dans ce cadre, le Groupe a lancé sur ces dix ans quatre villes nouvelles et 16 pôles urbains.
Disposant d’une superficie totale de quelques 4300 hectares, les quatre villes nouvelles (Tamesna plus de 38000 habitants, Tamansourt plus de 50000 habitants, Lakhyayta, Chrafate), devront accueillir à terme plus d’un million d’habitants avec un investissement global représentant 100 milliards de DH.
Ces villes dont la plus anciennes n’a même pas 13 ans constituent de véritables laboratoires architecturaux, urbanistiques et environnementaux, qui représentent et matérialisent la mise en œuvre de la politique de la ville telle qu’adoptée par le gouvernement.
D’un autre côté et sur un autre champ d’investigation, le Groupe Al Omrane excelle dans la création des pôles urbains.
Ainsi, il y a lieu de citer sur la région de l’Oriental, les pôles d’Aroui à Nador (332 hectares) lancés par SM le Roi en 2008, Isly à Oujda (294 hectares) et Guercif de 277 hectares.
Dans le Nord, les pôles urbain Ibn Battouta à Tanger (120 Hectares) et Loukous à Larache (125 hectares), Al Hoceima Sidi Abid sur 53 hectares en 2013 qui consiste en l’aménagement et la viabilisation de 460 lots dont 07 ilots d’habitat social et 324 lots d’habitat collectif pour un coût global de 459 millions de dh. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la dynamique enclenchée dans cette province en vue de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale et à améliorer les conditions de vie des citoyens. Toujours dans la même ville, il y a lieu de citer le lancement du pôle urbain Badis sur 52 hectares.
La région de Fès- Meknès accueille trois grands pôles urbains qui sont Riad Al Omrane à Ouislane (Meknes) sur 234 Hectares et à Ras El Ma sur 191 hectares d’une consistance de 3153 lots, pour un coût global de 812 millions de dh et Saissur sur 140 hectares du côté de Fès. Dans le sud, le Groupe a lancé les pôles de Zaouiat Sidi Outmane à Ourzazate sur 318 hectares, Majd à Tinghirsur 200 hectares, en 2013 Riad Errachidia à Errachidia sur 78 hectares mobilisant une enveloppe budgétaire estimée à 327 millions de dh devant répondre aux besoins en termes d’habitat de 5 500 ménages et Taghadirt à Agadir sur 382 hectares. Côté Marrakech, le pôle Badre à Kalaa Sraghna sur 132 hectares.
Pour d’autres champs d’investigation dans lesquels le Groupe Al Omrane opère, il y a lieu de citer le rôle majeur que l’Etat lui a attribué, celui de l’opérationnalisation des programmes de résorption de l’habitat insalubre (VSB-Restructuration des quartiers sous équipés, menaçant ruine…) et la mission de proposer un cadre de vie décent aux populations les plus démunies.
Le Groupe devient le partenaire privilégié des Collectivités Locales dans la lutte contre l’habitat insalubre et la promotion du logement social. Il a pris en charge presque 85% des ménages concernés par les opérations villes sans bidonvilles.
Près de 1,5 million de citoyens ont quitté les bidonvilles et 58 villes sur les 85 villes et centres urbains ont été déclarées Villes sans bidonvilles. C’est ainsi que des bidonvilles comme Carrières Centrales, Bachkou et Sidi Moumen à Casablanca ont été éradiqués.
C’est pour ces raisons que l’ONU a attribué le Prix 2010 de l’UN-Habitat au Maroc, en signe de reconnaissance de l’important travail accompli par le Royaume dans le domaine de l’amélioration des conditions de vie des couches vulnérables dans les villes.
Cette distinction, l’une des plus prestigieuses allouées en matière de développement humain, a été attribuée au Maroc pour son programme national développé en faveur de l’amélioration des conditions de l’habitat des populations des bidonvilles valorisant ainsi son expérience en la matière.
Sur un autre segment, le Groupe joue un rôle de catalyseur dans la production nationale de logements sociaux avec un rôle d’opérateur dans les régions les moins attractives. Un nouveau dispositif de relance de l’habitat social mis en place en 2010 et s’étalant jusqu’en 2020 a permis de dynamiser l’offre en logements sociaux à 250000 DH.
Ce programme a contribué à mettre sur le marché une offre quantitative permettant de répondre à la demande en provenant des programmes de lutte contre l’habitat insalubre mais également à même de résorber le déficit.

Groupe Al Omrane est dynamique aussi dans le Sud du Maroc

Pour accompagner la dynamique de développement territorial dans la région sud, Al Omrane a créé en 2005 la société Al Omrane Al Janoub dans le cadre de son chantier de réforme institutionnelle et en conformité avec les objectifs de la politique de régionalisation et de décentralisation mise en œuvre par les pouvoirs publics.
Compte tenu de la spécificité de son champ d’intervention, marqué par la faiblesse, voire l’inexistence, d’un marché immobilier et l’importance du programme de lutte contre l’habitat insalubre et de mise à niveau urbaine, engagé par les pouvoirs publics, l’activité Al Omrane Al Janoub porte sur la réalisation d’opérations subventionnées par l’Etat consacrées principalement à l’habitat social et au développement de l’habitat dans le monde rural ainsi que l’identification des opportunités de projets de lotissements ou de constructions à réaliser.
Al Omrane Al Janoub est devenue un outil indispensable de développement territorial et de mise à niveau de cette zone stratégique et importante du pays. C’est un ambitieux programme, qui vise à révolutionner la physionomie urbanistique des provinces du Sud.
Al Omrane Al Janoub déploie de gros moyens pour réaliser ce programme d’habitat. Conjugué aux opérations de Mise à Niveau Urbaine, le montant de l’investissement global s’élève à 4,5 milliards de dirhams. Sur ce montant, l’Etat apporte la plus grosse contribution à savoir 3,4 milliards de dirhams étalée sur la période 2008-2014. La concrétisation de ce vaste programme a permis d’atteindre des résultats très satisfaisants dont notamment la mobilisation d’une importante assiette foncière du domaine privé de l’Etat, ce qui a eu comme impact l’ouverture à l’urbanisation de zones nouvelles estimées à 1680 hectares. Il y a eu également le lancement de plus de 60.000 unités dont des logements, des commerces et des lots d’habitat dans les villes de Laâyoune, Dakhla, Boujdour, Assa Zag, Es-Smara, Tan Tan, Tarfaya et Tata. Autre résultat significatif, et non des moindres : la démolition de plus de 21.000 baraques dans les bidonvilles et les campements Al Wahda dans trois principales villes du sud.
Tout a commencé lorsque l’Etat a décidé, en 2004, de regrouper tous les établissements publics œuvrant dans le secteur de l’Habitat, notamment l’ANHI (Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre), la SNEC (société nationale d’équipement et de construction), ATTACHAROUK (Société d’aménagement, de construction et de promotion), et puis en 2007 les sept Établissements Régionaux d’Aménagement et de Construction (ERAC), pour créer un seul et unique opérateur-aménageur chargé de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière d’habitat et de développement urbain.
L’idée a été pertinente et demeure la meilleure pour unifier les efforts et fédérer les différentes interventions dans l’acte de bâtir dont l’objectif ultime est de satisfaire une large frange de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Déclaration de Laâyoune L’unanimité nationale ferme autour de la défense de l’unité de notre pays et de son intégrité territoriale

En consécration de l’unanimité nationale ferme, permanente et renouvelée de toutes les cat…