Conseil national de l’Ordre des Architectes : Une feuille de route pour la profession

0
0
1,801

Azeddine NEKMOUCH, Président du Conseil National de l’Ordre des Architectes

La voix de l’Ordre des Architectes est accentuée, à travers son nouveau président et à travers l’ensemble des architectes militants, pour restituer le rayonnement de cette profession noble et historique au Maroc et à l’international. L’architecte d’aujourd’hui porte de nouveaux rêves et des préoccupations dominées par les exigences du nouveau monde. Le CNOA dispose aujourd’hui d’une feuille de route qui va éclairer la voie des architectes dans leur milieu professionnel.

Magazine Innovant : Vous êtes élu en tant que Président du Conseil national de l’Ordre des Architectes, le 21 Avril 2017. Quelle est votre feuille de route ?
Azeddine Nekmouch: Le 21 AVRIL 2017, la profession, nous a confié la direction du conseil national de l’ordre des architectes. C’est le vote des architectes, c’est leur choix et nous avons répondu à leur confiance par une grande détermination en prenant à cœur les revendications d’un corps professionnel, le nôtre dans un moment crucial jamais vécu depuis sa genèse.
Cette feuille de route introduit le débat sur les orientations futures. Elle annonce une démarche fondatrice du renouveau du CNOA par le biais des différentes orientations proposées aux architectes.
elle a vocation à rouvrir le débat sur ce qui dorénavant doit caractériser l’instance ordinale pour enfin porter plus haut et plus loin les architectes et leurs valeurs.

M. I: L’architecture est un art porteur de valeurs. Quelles sont les valeurs de l’Ordre des architectes du Maroc?
A. N.: « …les architectes qu’ils exercent leur art dans le public ou dans le privé, ont un rôle central à jouer dans l’édification et la modernisation de la qualité du cadre bâti dans Notre pays et dans la préservation et l’amélioration de son patrimoine architectural, pour un développement économique et social durable… » (Extrait du message royal adressé aux architectes, Rabat 18/01/2006).
Rappelons aussi que les prérogatives de l’Ordre sont stipulées dans la loi 16/89 : « l’ordre national est un ordre professionnel doté de la personnalité morale », cela signifie dans le langage juridique être apte à posséder des droits et à encourir des obligations. Il rassemble tous les architectes quel que soit leur mode d’exercice.
La profession étant réglementée, la tenue du tableau et la protection du titre sont les attributs spécifiques de l’Ordre. Outre son rôle de représentation, il a surtout pour mission de contrôler le respect des droits et des obligations conférés par la loi aux architectes.
Ces attributs et ces valeurs paraissent criants de vérité, quand on a l’honneur de diriger l’institution, cela rappelle si besoin est l’importance d’action de l’instance ordinale des architectes pour faire entendre la voix des architectes.

M. I: En quoi consiste votre représentation professionnelle des Architectes, le CNOA ?
A. N.: On l’a dit, une profession réglementée confère un cadre, une protection et une position éthique. La protection du titre est un atout majeur pour défendre l’architecture dans une société. Cet avantage est un levier dont ont su se saisir – car l’« union fait la force »-, certains Ordres : médecins, notaires ou avocats qui savent mieux se faire entendre.
Lorsque l’on questionne les architectes sur l’Ordre, la majorité ne comprend pas à quoi il sert et se sent loin de celui-ci. La représentation professionnelle n’est pas perçue comme le relais de leurs préoccupations, auprès de l’État et des maîtres d’ouvrage…
Cependant ce qui est attendu de l’institution, c’est une vision d’avenir, une ligne stratégique, une méthode et une organisation structurelle qui soient efficaces pour défendre la qualité architecturale et les conditions de sa conception.
Tout cela résume parfaitement les thèmes abordés par la feuille de route de ce nouveau CNOA.

M. I: Quels sont les grands axes du programme de l’actuel bureau ?
A. N.: Le programme que nous vous présentons aujourd’hui comprend trois grands axes :
– La stratégie d’influence ;
– L’anticipation pour notre métier ;
– L’organisation ordinale nationale et régionales un levier de développement de la profession.
La stratégie d’influence.
Si l’on veut être présent et écouté sur la scène publique et politique, il faut construire sa place dans une sphère internationale et multi-professionnelle.
Régulièrement présents dans les instances internationales telles que : UIA, AUA, UMAR…
A ce sujet, le CNOA a organisé du 26 juin au 03 juillet 2017 à EL JADIDA, la 56ème réunion du conseil de l’union des architectes d’Afrique et du campus des penseurs urbains, une occasion de souligner notre attachement aux directives de sa Majesté de faire de l’Afrique un partenaire privilégié de la coopération sud-sud. Cet événement-rencontre s’est illustré par sa riche programmation qui a compris un bon nombre de conférences pertinentes par leurs thématiques relatives aux diverses problématiques du développement urbain durable en Afrique, notamment les stratégies et méthodes de développement durable, les nouveaux concepts, les outils de planification et de gestion de planification durable, ainsi que le rôle des régions et des communes dans la gestion urbaine durable.
Les débats en marge de ces conférences ont été une opportunité pour mettre en lumière les divers points de vue ainsi que les possibilités pour concrétiser les objectifs du développement urbain durable sur le court, moyen et long-terme.
Par ailleurs, les travaux de ces journées ont abouti à l’adoption de plusieurs recommandations, ainsi qu’à la rédaction de la Déclaration d’El Jadida qui restera gravée en lettres d’or dans les annales du développement durable urbain en Afrique.
Sur le plan du rayonnement du CNOA au niveau local nous estimons que la méthode la plus efficace est de créer, partout où cela est possible, des alliances d’intérêt commun avec les partenaires des secteurs de l’habitat et de la construction. Outre nos partenaires de l’Administration (PRIMATURE, MHUATPV, INTERIEUR…), on trouve la FNPI, la AMCI les ingénieurs spécialisés et les ingénieurs géomètres topographes.
Cela permettrait d’occuper tous les terrains en même temps et de faire reconnaître la profession positivement par nos partenaires.
C’est l’adhésion des architectes, leur engagement qui fortifiera notre stratégie d’influence.
L’anticipation pour notre métier.
Former les architectes, c’est préparer demain. A ce sujet, deux aspects de cette formation sont importants pour que les besoins de la profession soient anticipés : la formation initiale dispensée dans les écoles d’architecture pour laquelle le CNOA devrait avoir son mot à dire, ensuite il y a le chantier de la formation continue dont les thèmes et la programmation devront s’appuyer sur une ingénierie de formation en adéquation avec les grands enjeux qui interpellent notre profession.
Plus explicitement la conception de ce projet de formation continue comprendra la définition des méthodes et moyens à mettre en œuvre ; la coordination et le suivi de la formation ; l’évaluation de la formation ainsi que les modes de validation envisagés. Cela permettra in fine au CNOA de jouer son rôle règlementaire de la vérification de la compétence, le maintien et l’amélioration de cette même compétence.
Et de manière générale il faudra :
– Maintenir un haut niveau de savoir-faire par la formation initiale et la massification de la formation
Continue, notamment sur les nouvelles techniques et les nouveaux moyens pour y adhérer (efficacité énergétique, etc.).
– Renforcer en intégrant les différentes composantes de la maîtrise d’œuvre pour tout genre de projets.
L’ORGANISATION ORDINALE NATIONALE ET REGIONALES UN LEVIER DE DEVELOPPEMENT DE LA PROFESSION:
L’instance ordinale que nous appréhendons doit donner une priorité absolue à la communication et au développement.
En effet, malgré la multitude des sujets pris en main par l’ordre dès son élection, il est primordial:
– De faire savoir ce que fait l’ordre au prés de tous
– D’organiser les équipes de travail et commissions pour donner la réplique à l’administration
– D’assurer une communication interne et externe méthodique
– D’inciter les confrères et consœurs à une adhésion massive au tour de leur instance ordinale
Nous avons conscience de l’impérative nécessité d’une communication précise, rapide et pertinente. Le chantier est en cours, notre objectif est de présenter une communication rénovée et diversifiée au premier trimestre 2018.
C’est par elle que nous devons faire connaître l’importance du travail de l’ordre.
Nous travaillons à faciliter la communication avec les architectes avec notamment la mise à disposition d’une plateforme de partage de documents et d’une plateforme d’échange collaboratif sous forme de blog.
Un aspect fondamental de la refonte du règlement intérieur en cours est la coordination de l’action entre le CNOA et les CROAS. C’est un moyen qu’il faudra renforcer et instituer pour territorialiser l’action de l’ordre et faciliter la mobilisation des architectes.

M. I: Il y a quelques mois, vous avez entrepris une transformation de vos outils numériques. Quels en sont les objectifs ?
A. N.: Nous avons entrepris, il y a 04 mois la transformation de nos outils numériques et avons pour but de la finaliser d’ici la fin de l’année.
C’est grâce à eux que nous gagnerons la bataille de la représentativité, mais outre le recensement de nos confrères et consœurs pour établir le tableau numérique, il faut gérer les accès de la communication, la constitution de réseaux et l’organisation du travail collaboratif à distance.
L’architecture du système numérique et ses interférences montre toute l’étendue à envisager ; entre le tableau numérique des architectes, le site web, les documents et les espaces mis à disposition des confrères avec bien sûr les plates-formes collaboratives opérationnelles d’ici peu.
Un nouvel outil des inscriptions en ligne sera proposé aux architectes avec la possibilité de payer sa cotisation fixée par le CNOA directement en ligne.
Hormis, la possibilité de permettre enfin l’édition annuelle du tableau de l’ordre, les avantages des outils numériques sont multiples, les objectifs à terme sont pour :
– être le maximum d’architectes à faire avancer notre profession.
– Echanger avec les professionnels du secteur et les pouvoirs publics avec l’appui du nombre d’architectes que nous représentons.

M. I: Quelle est votre stratégie en matière de communication ?
A. N.: Nous avons la volonté de mettre en route rapidement une newsletter bimensuelle intitulée:
» LES DOSSIERS DE LA PROFESSION » dont le contenu est la forme vous seront communiqué incessamment.
Cette volonté de communication nécessaire pour véhiculer une image respectable de l’institution ordinale s’opèrera :
– En développant nos réseaux dans les médias pour donner un meilleur écho à nos travaux.
– Avec un site Internet de communication interne et externe et en thématisant les contenus pour faciliter les recherches.
– Avec des bases de données informées et partagées
– Avec l’utilisation des réseaux sociaux, à l’identique de ce qui est fait dans le monde politique et professionnel.
– Et l’organisation de lobbying politique et autre pour prôner nos droits en tant que profession.
Enfin, Il est primordial de dynamiser, révolutionner notre communication externe et interne pour en faire la base de notre Union.

M. I: Quelle vision d’avenir portez-vous de l’Ordre ?
A. N.: La profession réglementée protège le citoyen : un architecte inscrit à l’ordre est compétent par sa formation initiale, est garant de ses actes parce que régulièrement assuré, est au fait de l’évolution de son métier grâce à la formation continue contrôlée.
Nous ne laissons pas les prétendants au n’importe quoi investir notre métier se présentant comme des professionnels du bas prix, au détriment de la qualité et des garanties attachées à nos services.
Le chemin d’un architecte commence dès sa vocation. Le CNOA doit accompagner ce parcours, favoriser les vocations, former les jeunes, assurer la pérennité des structures d’architecture.
Parallèlement, la constitution des réseaux doit accompagner et anticiper l’évolution de notre métier.
Grâce aux nouvelles technologies, bien évidemment. Mais également par l’encouragement des structures à une évolution qui s’impose désormais.
Nous continuerons à accompagner les architectes pour l’exercice de leurs responsabilités confiées par le législateur dans les procédures de traitement et de gestion des projets (loi 66-12 et ses décrets d’applications, refonte du RGC, efficacité énergétique…). Nous interpellons et continuerons à le faire, les pouvoirs publics pour qu’ils mettent en œuvre les dispositions règlementaires nécessaires (refonte des décrets des marchés publics, code des devoirs professionnels, réduction des délais des autorisations…) et qu’ils sachent toute l’expertise que les architectes peuvent apporter pour la mettre au service des projets.
Faire porter nos projets et nos attentes par les décideurs, être la représentation référence et exemplaire des architectes, construire nos pratiques de demain, faire connaître et reconnaître l’ordre des architectes. C’est tous ensemble que nous allons y arriver.
Soyons unis, réactifs, actifs et prospectifs…

M. I: Une Association appelée ‘’ Association Marocaine des Métreurs vérificateurs Economistes de la construction’’ a été créée le 05 Juin 2016. En tant qu’Architecte, comment trouvez-vous cette initiative ?
A. N.: Nous saluons cette initiative que nous avons appelée de nos vœux et encouragée. Ensuite toute démarche visant à organiser l’intervention ou le profil d’un intervenant dans le secteur du bâtiment est la bienvenue pourvue qu’elle soit sous tendue par des objectifs claires à savoir :
-faire connaitre le métier et le contour réglementaire qui l’initie.
-garantir le respect de la déontologie et des responsabilités inhérentes à l’exercice du métier.
-assurer une bonne communication avec les différents partenaires en vue de pérenniser le métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

L’appel de l’Etat de la République de Turquie, Président en exercice du Sommet de l’Organisation de la Coopération Islamique, à l’opinion publique mondiale

La défense de la sainteté de Jérusalem, ville des prophètes, où coexistent les lieux sacré…