Lancement du projet de jumelage entre le Maroc et l’Union Européenne pour sécuriser le transport des marchandises dangereuses par route

0
0
171

Dans le cadre du partenariat entre le Royaume du Maroc et l’Union Européenne (UE), M. Mohamed Najib Boulif, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Equipment, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Chargé du Transport a présidé, mercredi 07 février 2018 au Centre d’Accueil et de Conférences à Rabat, les travaux de lancement du projet de jumelage visant à sécuriser le transport des marchandises dangereuses par route sur la base du cadre réglementaire international de l’Accord européen pour le transport international de marchandises dangereuses par route, et ce, en présence de M. ALESSIO CAPPELLANI, Ministre – Conseiller, Chef adjoint de la délégation de l’UE et M. RICARDO DIEZ-HOCHLEITNER RODRIGUEZ, Ambassadeur d’Espagne à Rabat, avec la participation de hauts responsables des Administrations marocaines et espagnoles concernées.
Ce jumelage institutionnel, prévu pour une durée de 24 mois, est financé par l’UE à hauteur de 1,1 million d’Euros, dont la gestion est supervisée par le Ministère de l’Economie et des Finances du Maroc.
Ce jumelage qui s’inscrit dans le cadre d’une coopération entre le Ministère de l’Equipement, du transport, de la Logistique et de l’Eau du Maroc et le Ministère espagnol des Transports et Infrastructures, vise à mettre à niveau la sécurité du transport et à renforcer les structures et les activités relatives au transport des marchandises dangereuses par route au Maroc.
Ce jumelage institutionnel permettra de mettre en œuvre ce qui suit :
– La préparation des textes d’application qui mettent en œuvre les dispositions de l’Accord européen du transport des marchandises dangereuses par route, dans la législation nationale ainsi que de réduire l’écart entre les deux législations ;
– Mettre en place le système nécessaire pour l’exécution des dispositions de la loi 30-05 ;
– Identifier et adopter les mesures accompagnant le renforcement des compétences en faveur des acteurs publics et privés concernés par ledit accord ;
– Exécuter les fonctions confiées à l’Administration marocaine en vertu de la loi 30-05 et assurer le suivi, le contrôle et la coordination au niveau national et international conformément aux exigences de la législation européenne et ses bonnes pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Investissements au Maroc : Entre bonnes intentions de l’Etat marocain et freins à la croissance économique

Les États cherchent, en effet, à adopter des politiques attractives et mettent en place de…