Accueil actualités Benchaâboun: Bientôt un plan de relance économique

Benchaâboun: Bientôt un plan de relance économique

7 min lu
0
0

Les deux mois de confinement, imposé par le nouveau coronavirus (Covid-19), devraient coûter à l’économie marocaine 6 points de croissance de son produit intérieur brut (PIB) pour l’année 2020, ce qui signifie une perte de 1 milliard de dirhams (MMDH) pour chaque jour de confinement, a indiqué le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

D’après les données disponibles pour les quatre premiers mois de l’année 2020, les exportations ont enregistré une forte baisse de 61,5%, contre 37,6% pour les importations, a t-il fait savoir, notant que les secteurs exportateurs les plus impactés sont les activités industrielles liées aux chaînes de valeur mondiales, notamment l’automobile (-96% en avril et -86% en mars), l’industrie aéronautique (-81% en avril et -52% en mars) et l’électronique (-93% en avril et -51% en mars).

En revanche, les exportations des phosphates et dérivés ont enregistré une évolution positive de 14% en avril, a ajouté le ministre.

Le ralentissement de l’activité économique s’est également reflété sur la croissance des recettes touristiques qui ont reculé de 60% en avril dernier, portant à -15% la baisse du secteur sur les quatre premiers mois de l’année, faisant savoir que les transferts des Marocains résidant à l’étranger ont baissé de 30% en avril et de 11% entre janvier et avril de 2020.

Ainsi, le ministre a souligné que son département s’attèle à mettre les dernières touches au plan de relance économique, dont les grandes lignes seront présentées en parallèle avec le projet de Loi de Finances rectificative.

L’élaboration de ce nouveau projet de loi de finances prendra en compte les hypothèses adoptées lors de la mise en œuvre du projet de loi de Finances 2020 et les principaux indicateurs économiques, la mise en place de nouvelles prévisions tenant compte de l’impact de la crise sur le déficit budgétaire, la balance des paiements et l’endettement, outre la mise en oeuvre d’un plan d’action pluriannuel pour stimuler l’activité économique.

Ce plan de relance sera un pacte de redynamisation de l’économie et de l’emploi, basé sur une ambition commune et partagée entre les différentes parties concernées (Etat, entreprises, secteur bancaire et partenaires sociaux,…), et ce conformément à des engagements clairement définis basés sur des outils efficaces de suivi et d’évaluation, a souligné M. Benchaâboun.

A cet effet et afin d’appuyer l’offre et la demande, le CVE a décidé de réviser le dispositif “Damane Oxygène” en le rendant “plus souple” et en améliorant les conditions de financement de la reprise économique en faveur, particulièrement, des TPE et PME avec une prolongation jusqu’au 31 décembre 2020 sans exigence, désormais, de toute garantie.

Quant aux entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 500 millions de dirhams, elles seront intégrées dans un mécanisme approprié pour financer leur reprise. Une commission, composée du ministère de l’économie, des Finances et de la réforme de l’administration, de Bank Al-Maghrib, de la Confédération générale des entreprises du Maroc et du Groupement professionnel des banques du Maroc s’attèle à définir les modalités et les mesures d’application de ce mécanisme.

A la même occasion, M. Benchaâboun a appelé tous les acteurs économiques à reprendre leurs activités “directement après les jours de l’aid”, à l’exception des entreprises qui ont été suspendues par des décisions administratives rendues par les autorités compétentes, tout en poursuivant l’application rigoureuse des mesures préventives et proactives afin d’assurer la sécurité des employés, des salariés et des clients.

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

La région minière de Tafilalet et Figuig / Promotion des investissements et protection des droits des artisans mineurs: un équilibre souhaité

L’exploitation minière artisanale de la région de Tafilalt et de Figuig ne peut plus se dé…