AccueilActualités du Maroc et du MondeClimat au Maroc : bilan catastrophique !

Climat au Maroc : bilan catastrophique !

Le Maroc a vécu, durant l’année 2022, les situations météorologiques les plus extrêmes, en termes de chaleur et de sécheresse.

Il est à souligner que l’année 2022 est l’année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc depuis plus de 40 ans. Elle a battu l’ancien record de 2020 enregistré il y a seulement 2 ans, selon un communiqué conjoint du Ministère de l’Equipement et de l’Eau et de la Direction Générale de la Météorologie.

Votre source d'Actualités du Maroc et du Monde - Actualité Maroc magazine - Magazine International de l'Innovation

L’anomalie de la température moyenne annuelle a atteint +1,63°C par rapport à la normale climatologique calculée sur la période 1981-2010. De plus, l’année agricole, qui coïncide avec la saison hydrologique du 01 septembre 2021 au 31 aout 2022, a été aussi la plus sèche durant au moins les 40 dernières années avec un déficit pluviométrique de 46%.

Quant à l’année civile 2022, du 1er Janvier au 31 Décembre, elle a été la quatrième année consécutive sèche au Maroc avec un déficit pluviométrique annuel avoisinant les 27% tout en soulignant que les dernières années 2019-2022 sont les 4 années consécutives les plus sèches depuis au moins les années 60 marquées avec un écart pluviométrique d’environ -32% par rapport à la normale climatologique.

Côté thermique, en plus des vagues de chaleurs, l’année 2022 a été également marquée par des incendies qui ont ravagé, à titre exceptionnel, 23 milles hectares et provoqué des pertes de vies humaines et des dégâts matériels. D’un autre côté, et suite à des phénomènes météorologiques d’origine tropicale, les provinces sud du Royaume, les reliefs de l’atlas, les versants sud-est et aussi le sud de l’oriental ont connu une activité orageuse durant la saison estivale qui a provoqué des crues n’ayant engendré que des dommages matériels très limités.

En amont et en aval, le cas du Maroc s’inscrit dans un contexte globale marqué par une augmentation constante des concentrations de gaz à effet de serre ayant pour conséquence un réchauffement global ; les huit dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial. Les catastrophes liées à la météorologie, à l’eau et au climat, comme les vagues de chaleur extrêmes, la sécheresse et les inondations dévastatrices ont touché des millions de personnes et coûté plusieurs centaines de milliards de dollars cette année.

Meryem KORCH
Meryem KORCHhttps://www.innovantmagazine.ma
Journaliste Innovant Magazine

DOIT LIRE