Un mémorandum d’entente (MoU) relatif au Gazoduc Nigeria-Maroc a été signé, jeudi 15 septembre 2022, à Rabat, entre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la République fédérale du Nigeria et le Royaume du Maroc.

En effet, le mémorandum d’entente a été paraphé par Sediko Douka, Commissaire de la CEDEAO chargé de l’Infrastructure, l’Energie et la digitalisation, Mallam Mele Kolo Kyari, Président Directeur Général de la National Nigerian Petroleum Company Limited (NNPC), qui représente le Nigeria, et Amina Benkhadra, Directrice Générale de l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM), représentante du Maroc.

La cérémonie s’est déroulée en présence notamment de la ministre de l’Economie et des finances, Nadia Fettah, du ministre de l’Investissement, de la Convergence et de l’Evaluation des Politiques publiques, Mohcine Jazouli, et du directeur général de l’Office de l’électricité et de l’eau potable Abderrahim El Hafidi.

A l’occasion de la cérémonie de signature du mémorandum d’entente Mme Benkhadra a indiqué que « ce projet va permettre l’acheminement de plus de 5.000 milliards de mètres cubes de réserves prouvées de gaz naturel, ce qui va dynamiser la production d’électricité et résoudre les problèmes d’accessibilité à l’énergie dans la plupart des pays traversés. »

Elle a ajouté que ce projet devrait également bénéficier à près de 400 millions de personnes vivant dans la région et améliorer le bien-être économique et social de ses populations.

Le projet Gazoduc Nigéria-Maroc (NMGP) sera réalisé sur une longueur de 7000 km et fournira du gaz aux pays d’Afrique de l’Ouest en passant par le Royaume du Maroc et puis à l’Europe.

Alors, ce gazoduc va traverser le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Libéria, le Sierra Leone, la Guinée Conakry, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie et enfin le Maroc pour s’acheminer vers l’Espagne et l’Europe.

Il sera connecté au Gazoduc Maghreb Europe et au réseau gazier européen et permettra aussi d’alimenter les Etats enclavés du Niger, du Burkina Faso et du Mali.

« La signature aujourd’hui du MoU est une étape extrêmement importante dans le développement de ce projet stratégique qui émane de la vision des deux chefs d’Etat SM le Roi Mohammed VI et le président nigérian Muhammadu Buhari, qui ont cette vision de développement de notre continent et notamment de la zone ouest-africaine puisque 16 pays sont concernés dont 13 sur la côte atlantique et 3 pays enclavés », a rappelé Mme Benkhadra.

“Nous travaillerons la main dans la main avec le Nigeria et la National Nigerian Petroleum Company Limited (NNPC) et la CEDEAO et ses 14 pays, en plus de la Mauritanie, pour la réussite de ce projet afin de donner à l’Afrique la place encore plus grande qu’elle doit avoir à l’échelle internationale », a affirmé Mme Benkhadra, Directrice Générale de l’ONHYM.

En plus du Nigéria, ce Gazoduc sera alimenté aussi par le Sénégal et la Mauritanie.

Ce projet sera bénéfique pour les pays concernés au niveau économique et social et qui va contribuer au développement durable en Afrique, à travers une énergie propre respectant l’environnement.