Les menaces relatives au stress hydrique, à la sécheresse, à la pollution, à l’aridité, à la désertification, à la vulnérabilité écologique, à l’ignorance, aux disparités sociales, au ralentissement du développement économique, à l’endettement des ménages avec pression exercée sur eux par les services de recouvrement, au manque d’emploi et à l’emploi très peu rémunéré, constituent les éléments méchants qui hantent la politique sociale et économique de l’Etat et qui mobilisent le gouvernement pour alléger ces fardeaux pesant lourds sur les épaules de tout un pays.  

Aujourd’hui, la protection sociale est la voie royale vers la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

En effet, les familles marocaines ont besoin de prestations sociales leur permettant de vivre dans la dignité qui constitue un droit reconnu par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Ainsi, le gouvernement marocain déploie des efforts incommensurablement grands en ouvrant large le chantier de la création d’un système national performant de santé et la généralisation de la protection sociale qui commence par l’aide sociale directe aux familles sans enfant, en leur accordant mensuellement une allocation forfaitaire fixe de 500 DH par mois et l’aide sociale directe aux familles avec des enfants de moins de 21 ans, en leur garantissant mensuellement une allocation pour chaque enfant de la naissance à 21 ans.

Par la force de la loi-cadre n° 09.21 du 22 chaabane 1442 (5 avril 2021), ce grand chantier Royal qui consolide l’Etat social regroupe l’opération d’extension de l’assurance maladie obligatoire (AMO), à 22 millions de bénéficiaires supplémentaires, d’ici à la fin 2022, des allocations familiales, au profit de sept millions d’enfants en âge scolaire à l’horizon 2024, d’élargissement de la base des adhérents aux régimes de retraite, au profit de cinq millions d’actif à l’horizon 2025 et l’opération de généralisation des indemnités pour perte d’emploi (IPE) à l’horizon 2025.

Ce ne sont pas des promesses ou un discours politique de science-fiction, il s’agit bel et bien des opérations réelles de généralisation de la protection sociale et d’accès aux soins par tous les Marocains, qui sont mises en œuvre et que Sa Majesté le Roi Mohammed VI veuille personnellement sur leurs applications.

Pour dire que c’est l’Etat social qui se configure clairement moyennant la mobilisation de tous les moyens, humain, matériel et financier de l’Etat et l’engagement des établissements publics et des collectivités locales.

C’est vrai que l’Etat confronte quelques réfractaires qui sont des dénigreurs permanents ayant pour rôle de banaliser les efforts de l’Etat.

Le problème, c’est que ces détracteurs, venant de tous bords et de nulle part, ne sont pas encadrés politiquement.