Accueil INTERVIEWS INTERVIEW: Réda SEKKAT, Président de la Fédération Nationale de l’Electricité, des Energies Renouvelables et de l’Electronique (FENELEC)

INTERVIEW: Réda SEKKAT, Président de la Fédération Nationale de l’Electricité, des Energies Renouvelables et de l’Electronique (FENELEC)

12 min lu
0
0

FENELEC, AMDIE et ONEE: Une force motrice du global Show de l’électricité 2019

Les salons de la FENELEC constituent aujourd’hui un rassemblement historique des professionnels et fervents du secteur électrique, avec toutes ses ramifications, rayonnant à l’international et en Afrique. Une cérémonie de rappel au défi à relever de l’électrification du continent africain où la FENELEC et ses partenaires, notamment AMDIE et ONEE, constituent sa force de propulsion. Parcours !

Magazine Innovant : Quelles sont les actions qui ont été réalisées par la FENELEC en 2019 ?

Réda SEKKAT: La FENELEC et ses différentes instances ont réalisé plusieurs actions en 2019 et en ont initié d’autres. Ceci dit, je m’arrêterai sur quelques-unes que nous considérons comme importantes et structurantes.
Je commencerai par le rapprochement et la redynamisation de la relation avec l’ONEE, donneur d’ordre historique des membres de notre fédération, à travers la mise en place d’une Task Force FENELEC – ONEE qui s’est penchée sur les points de partenariat stratégiques et opérationnels à même de raffermir la relation entre nos deux entités et améliorer celle entre les entreprises et l’ONEE.
Vous suivez l’actualité de notre secteur depuis des années et vous savez que la FENELEC a pris la décision stratégique de se tourner résolument vers l’export pour maintenir la croissance du secteur électrique qui a été drivé pendant une bonne décennie par le PERG. Dans ce sens nous avons organisé cette année, avec l’appui de l’Amdie, trois grandes missions d’hommes d’affaires en Afrique Subsaharienne, notamment en Côte d’Ivoire, au Niger et en Mauritanie.
Nous considérons que les énergies renouvelables présentent une grande opportunité de développement pour nos membres, malgré les obstacles qui freinent encore l’expansion de ce secteur porteur pour la PME, notamment le volet réglementaire et législatif. A ce titre, je salue le grand travail qu’a mené l’Amisole/FENELEC avec les équipes du Ministre RABBAH qui depuis sa nomination à fait bouger ce dossier délicat. Ce travail concerne l’amendement de la loi 13-09 sur les EnR.
La qualité et la sécurité étaient et resteront l’une de nos grandes préoccupations ; c’est ainsi que nous étions le secteur pilote à travailler main dans la main avec le Département de l’Industrie pour la mise en place du Marquage CMim de conformité des produits industriels, instauré en application de la loi 24-09 relative à la sécurité des produits et des services.
Notre Fédération a mené cette année plusieurs actions pour sensibiliser et accompagner les entreprises du secteur afin de se conformer à cette réglementation qui contribuera aussi à la structuration et au rehaussement du niveau des entreprises du secteur, notamment les importateurs et les fabricants.

M. I.: Comment trouvez-vous le marché de l’électricité aujourd’hui au Maroc ?

R. S.: Le marché de l’Electricité poursuit sa dynamique d’ouverture, de libéralisation et de structuration, notamment avec la mise en place de l’Autorité Nationale de Régulation de l’Electricité ANER qui sera le garant du bon fonctionnement de ce marché.
Ce dernier est marqué ces deux dernières années par le renforcement de ses capacités et la diversification de ses sources, notamment par l’introduction des Energies renouvelables qui prennent de l’ampleur dans le mix énergétique de notre pays, surtout consécutivement à l’entrée en fonction de Noor Ouarzazate et des autres projets éoliens.
Le Maroc se positionne aujourd’hui comme un exportateur de l’électricité. Selon les chiffres de l’opérateur semi-public Red Eléctrica de España, le Maroc a exporté 870 GwH vers l’Espagne rien que sur les 6 premiers mois de 2019, contre 180 Gwh sur toute l’année 2018.

M. I.: Quel est le potentiel du secteur électrique en matière d’exportation?

R. S.: Avec le savoir-faire et la capacité de production que le secteur électrique a su développer au cours des dix dernières années grâce au programme PERG et les différents projets d’infrastructures lancés partout dans notre Pays, le secteur possède aujourd’hui une offre exportable compétitive tant en produit qu’en ingénierie et installation.
Le Secteur électrique est parmi le top 10 des secteurs exportateurs au Maroc, et son marché de prédilection est l’Afrique Subsaharienne où nos entreprises ont su développer un business gagnant-gagnant avec leurs homologues dans cette partie de notre Continent où la moyenne de l’électrification ne dépasse guère les 43%.

M. I.: Le secteur électrique marocain est-il attractif en termes d’investissements ?

R. S.: Le secteur électrique a des atouts qui le rendent compétitif et attractif sur plusieurs segments. Nous recevons régulièrement des investisseurs intéressés par l’implémentation au Maroc, pour en faire une plateforme d’exportation.
Néanmoins ce secteur souffre encore, comme d’autres industries, de problèmes structurels tels que l’accès au foncier et aux financements, la lourdeur de certaines démarches administratives et le manque ou la rareté de certains profils et compétences sur le marché.
Ceci dit, nous applaudissons aux efforts consentis ces dernières années par le Gouvernement, sous les orientations de SM Le Roi que Dieu L’Assiste, pour améliorer le climat d’affaire dans notre Pays. C’est ce qui fait du Maroc la 53ème nation dans le Classement doing business de cette année.

M. I.: Quel regard portez-vous sur la 13ème édition du salon elec expo, la 8ème EneR Event et la 7ème du Tronica Expo 2019 ?

R. S.: L’édition 2019 des salons de la profession abritera aussi la 2ème édition du salon itinérant de l’électricité de la Confédération Africaine d’Electricité CAFELEC «elec expo Afrique».
A cet effet, un grand pavillon sera dédié aux Pays membres de la CAFELEC qui y exposeront leurs savoir-faire, les projets et les atouts attractifs du secteur électrique dans leurs pays respectifs.
Pour la 1ère fois, nous avons affecté une thématique spécifique à la conférence d’ouverture : «l’Efficacité Energétique dans l’éclairage public, un défi pour l’Afrique», et qui sera débattue par un panel de hauts responsables.
L’édition 2019 sera une vitrine pour présenter les dernières avancées techniques en matière d’éclairage et de solutions d’économie d’énergie dans ce domaine.
En termes d’exposition, l’édition 2019 verra la participation de nouveaux pays étrangers, notamment en pavillons nationaux.
Nos Salons bénéficient de la Haute Sollicitude Royale qui est un gage de confiance et aussi de responsabilité.
Avant de clore, et dans le cadre de l’internalisation de nos salons, nous sommes accompagnés par l’AMDIE. Une grande délégation de donneurs d’ordres Africains représentant les secteurs public et privé, sont invités.

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  INTERVIEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Interview: Albert Aoun, Chairman & CEO, Exhibitions and Events Organizers Président-directeur général, Organisateurs d’expositions et d’événements

Le salon Interpack de Düsseldorf : un partenaire des salons égyptiens, pacprocess et Food …