Accueil edito Je peux compter sur toi ou pas ? Mon semblable

Je peux compter sur toi ou pas ? Mon semblable

6 min lu
0
0

Cette crise épidémiologique procréée par le coronavirus (Covid 19) a mis à l’épreuve le degré de l’humanisme que l’être humain a pu conserver sur son parcours spatio-temporel jalonné de dégradation des valeurs humaines.

Aujourd’hui, nous sommes en train d’évaluer cette obligation morale d’assistance mutuelle qui se met en exergue dans notre pays.

Est-ce que les marocains témoignent aujourd’hui de leur volonté inconditionnée pour se solidariser avec ceux qui sont jetés malgré eux dans l’abime de la souffrance et la douleur. Des femmes, des vieux et des vieilles, des hommes et des enfants, personne n’est épargnée pour devenir un cas de coronavirus (Covid 19) du jour au lendemain et qui pourrait être placé en isolement, illico.

Peut-on imaginer l’ampleur de la mauvaise nouvelle qui peut fortement commotionner une personne atteinte de ce virus contagieux et non identifié par les virologues, et aussi sa famille, ses proches, ses voisins et ses amis ?

L’isolement, la mise en quarantaine, l’éloignement des autres, être source de contagion, allongé sur un lit entouré de tuyaux avec une machine qui poussent les poumons à respire dans l’inconscience … état que tout individu n’espère pas vivre durant sa vie. Personne ne veut se substituer au malade et prendre sa place.

Au niveau du Maroc, c’est vrai que le Roi lui-même, le gouvernement, les organismes publics et semi-publics, les fédérations, les groupements professionnels, les associations, les entreprises et la société civile, ont donné le vrai exemple de solidarité avec les malades du coronavirus 2019 et avec tout ceux qui pourront éventuellement subir les effets négatifs de cette pandémie, en adoptant une panoplie de mesures de soutien et d’accompagnement sur le plan matériel et financier.

Sur le plan spirituel, jusqu’à quelle limite, pouvons-nous se solidariser avec ceux ayant besoin de nous?

Mais, qu’en est-il de notre inconscience collective ? Sommes-nous prêts à nous sacrifier, les uns pour les autres ?

Partager avec les porteurs du covid 19 leur peine, leur souffrance et leur douleur, c’est déjà la grande solidarité.

Nous espérons aussi, au niveau de notre conscience collective, que les vertus morales nous guident et nous éclairent et que seuls la science et le savoir médical puissent être notre référence dans la gestion des crises épidémiologiques, dont celle que nous vivons aujourd’hui.

Sommes-nous arrivés à ériger une société civique dominée par les seuls actes de civilité et de bienséance, avec un esprit bien éclairé par les connaissances et l’apprentissage ? Nos écoles ont réussi le défi de la formation de bonnes têtes avec une intelligence rationnelle ?

Pour le savoir, il faut vérifier si nous avons vraiment pleuré nos morts  du coronavirus 2019 (covid 19). Qui sont déjà quatre. Et dans le monde, on est à 14000 morts jusqu’à 23 mars 2019.

Alors, si vous respirez encore et de façon normale, laissez votre esprit pleurer et ne séchez pas vos larmes, dans un coin isolé de votre domicile; souhaitez pleine et prompte guérison aux malades du covid 19. Et restez chez-vous! Et n’oubliez jamais ceux qui vous ont apporté secours ! Soyez reconnaissants ! Evitez le dénigrement !

C’est notre première brique pour ériger une société solidaire avec une conscience collective prônant l’intelligence et le discernement.

Jamal KORCH

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  edito

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Le Ministère de tutelle/FNBTP-FMC-FMCI : Pour lutter contre COVID-19 et maintenir l’activité BTP

Madame Nouzha BOUCHAREB, Ministre de l’Aménagement du Territoire National, de l&rsqu…