Accueil edito Le secteur du BTP : entre le besoin en ressources humaines et le manque de compétence

Le secteur du BTP : entre le besoin en ressources humaines et le manque de compétence

4 min lu
0
0
10

Les besoins en recrutement des entreprises au Maroc s’élèvent à 79.652 compétences à l’horizon 2018, selon les résultats d’une étude de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec). Dans le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), les besoins en compétences ne représentent que 2%.
Quelles sont les perspectives d’investissement dans le secteur de la construction pour avoir plus de postes d’emploi ?
Pourtant, le Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau avec les entreprises et les établissements publics sous tutelle avaient déjà annoncé, lors d’une rencontre d’information, leurs programmes d’investissements pour l’année 2019 dans le secteur du BTP, dont le montant global s’élève à 40 milliards de DH.
Ces investissements placés dans différents projets stratégiques pour l’Etat marocain, concernent les routes et les autoroutes, les ports et les aéroports, le transport maritime et ferroviaire, la logistique, l’eau, la sécurité routière et les équipements publics dans le cadre de la maitrise d’ouvrage déléguée.
Cependant, le regard est placé aujourd’hui sur la qualité du produit livré au maitre d’ouvrage (le client). Est-il satisfait des réalisations sur le terrain?
Les Fédérations marocaines liées au BTP, notamment la FNBTP, la FMCI, l’Ordre des architectes,les géomètres-topographes, les Associations, notamment les économistes de la construction, les groupements professionnels de la formations, notamment Giac-btp et d’autres organisations professionnelles du secteur de la construction, ne cessent de rappeler que le secteur de la construction est réputé par ses compétences.
A préciser que le secteur de la construction dispose des compétences qui fourmillent certes dans le secteur, mais qui attendent leur tour pour se mettre à l’épreuve.
En termes de formation, plusieurs Ecoles publiques et privées déploient des efforts considérables pour offrir de différents profils adaptés au secteur de la construction, placé depuis plusieurs années dans le processus de l’innovation afin d’être plus compétitif.
Seulement d’autres grandes Ecoles ne fournissent aucun effort pour se mettre à niveau, sachant que la formation est la seule porte d’entrée au champ de la compétitivité.
Le manque de compétence commence à dominer, à prendre forme, à se configurer et à se généraliser pour toucher toutes les ramifications du secteur de la construction. Et c’est un fléau et un mal à éradiquer !
La situation n’est pas encore catastrophique, mais ça se projette à l’horizon. Alors, restons vigilants.

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  edito

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

SOGEA Maroc reçoit le Prix national de la qualité pour la catégorie « Grands organismes de service »

La cérémonie de remise des trophées de la 20ème édition du Prix National de la Qualité sou…