AccueilActualités du Maroc et du MondeL’eau au Maroc : y a-t-il une stratégie prospective ?

L’eau au Maroc : y a-t-il une stratégie prospective ?

Pour parvenir à réaliser tous les objectifs relatifs à l’eau en général et à l’approvisionnement en eau potable et en eau d’irrigation en particulier, certains moyens et stratégies doivent être mis en œuvre ingénieusement et sensément. Ces mécanismes, outils et stratégies regroupent une seule politique intégrée qui s’inscrit dans la continuité puisqu’il y a une seule forme de sécheresse contenant plusieurs concepts et notions, mais ayant un seul effet néfaste et catastrophique, celui de la pénurie d’eau.

L’ennemi numéro UN contre lequel le Maroc ne s’arrête pas de lutter et ce, depuis des siècles, est le phénomène perpétuel de sécheresse.

On parle de manque d’eau, déficit hydrique, déficit pluviométrique, sécheresse en tant que phénomène physique et climatique, sécheresse météorologique, sécheresse hydrologique, sécheresse agricole et aridité qui n’a rien à voir avec sécheresse. Tellement de concepts et de notions liés à la sécheresse qui se convergent vers une seule situation qualifiée de catastrophique qui est la rareté voire l’absence totale de l’eau vitale pour l’existence de l’être humain, de la faune et de la flore.

C’est entre la disponibilité en eau et la demande en eau que l’humanité est prise en otage. Se libérer ou mourir par la soif ! L’humanité est certes menacée, mais le pire n’est pas encore arrivé, du moins hamdolilah au Maroc. C’est vrai que la peur commence à s’installer dans les sociétés soumises aux phénomènes de la sécheresse périodique et éternelle.

Alors une stratégie prospective est de mise, dans ces situations dramatiques pour ne pas dire apocalyptiques.

Parmi les orientations stratégiques adoptées par le Maroc pour trouver des solutions contre la pénurie d’eau, il y a lieu de citer la construction des barrages et le transfert de l’eau entre les différents systèmes hydrauliques, le dessalement de l’eau de mer et la réutilisation des eaux usées épurées. Mais il reste la problématique du comportement relatif au consommateur et à l’utilisateur, soit de l’eau potable, de l’eau d’irrigation et/ou de l’eau pour l’industrie, qui nécessite une sensibilisation.

En amont et en aval, le Maroc n’a jamais cessé de tirer la sonnette d’alarme tout en œuvrant sans relâche afin de trouver des solutions efficaces pour lutter contre le phénomène de pénurie d’eau qui est tout d’abord naturel et qui s’aggrave de plus en plus à cause de l’émission humaine des gaz à effet de serre.

Meryem KORCH
Meryem KORCHhttps://www.innovantmagazine.ma
Journaliste Innovant Magazine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DOIT LIRE