Accueil Dossier L’émergence d’une offre touristique diversifiée et de qualité : Quelle politique contractuelle ?

L’émergence d’une offre touristique diversifiée et de qualité : Quelle politique contractuelle ?

932

Le contrat-programme 2011-2020 révèle que le Tourisme est une puissante locomotive de croissance économique à travers ses effets d’entraînement sur tous les autres secteurs de l’économie. Il participe à la prospérité collective de manière significative. Il est en particulier un irremplaçable instrument d’aménagement et de développement régional, qui valorise durablement les territoires, les populations, les patrimoines, et qui diffuse ses effets bénéfiques (création d’emplois, stimulation des petites et moyennes entreprises, génération de revenus) dans les endroits les plus reculés du Royaume.
Pour ce contrat-programme, le tourisme est un formidable instrument de promotion internationale : il participe à cet égard pleinement aux efforts déployés par le Royaume pour s’arrimer à l’Europe, offrant l’image d’un Royaume doté d’une longue histoire et d’un riche patrimoine civilisationnel, celle d’un peuple accueillant, tolérant, ouvert sur le Monde, celle d’un pays qui se projette vers l’avenir et la modernité avec confiance et détermination, celle enfin d’une Nation responsable qui s’engage à adopter les valeurs et les principes du développement durable.

L’offre touristique diversifiée et de qualité : Reste à désirer

L’offre touristique diversifiée et de qualité est encore très loin du potentiel marocain, en termes de destination et de produits. Cependant, la régionalisation touristique a permis la mise en valeur du produit touristique marocain.
L’offre touristique marocaine n’est pas exhaustive, jusqu’à aujourd’hui, parce que les investissements se sont concentrés sur quelques destinations, notamment Marrakech, Agadir et à un niveau inférieur Casablanca et Tanger. D’autant plus que l’offre d’animation et de loisirs n’est pas fortement présente dans les investissements touristiques.
D’un autre côté, aucune action n’a été déployée pour mettre en valeur le patrimoine culturel matériel et immatériel marocain pour assurer l’accessibilité et l’attractivité touristique.
Les destinations marocaines ne disposent pas d’infrastructures d’accueil adaptées aux grands événements internationaux (salons, foires, congrès, rencontres sportives internationales…) pour mieux se positionner sur le segment du MICE ( Meetings, Incentives, Conventions & Exhibitions).
Les besoins en hébergements des touristes internes qui ne sont couverts qu’à hauteurs de 10 % par les structures classées.
Ces déficits constituent un grand handicap pour rendre le tourisme marocain plus compétitif et fortement concurrentiel. D’autant plus que les atouts touristiques du Maroc jouissent d’une grande attractivité, mais malheureusement souffrent de l’indifférence et de la méconnaissance.
Ainsi, la stratégie du développement des produits touristiques marocains, signalée et tracée dans la «Vision 2020», devrait mettre en exergue l’enjeu de la diversification et l’abondance des destinations touristiques. L’émergence d’une offre touristique diversifiée et de qualité répondant aux besoins des touristes nécessite la mise en œuvre d’un ensemble de programmes adaptés au marché du tourisme.
«En 2020, notre pays fera partie des 20 plus grandes destinations mondiales et s’imposera comme une référence du pourtour méditerranéen en matière de développement durable », telle est la vision 2020 du secteur touristique, soulignée dans le contrat programme 2011-2020, publié le 30 novembre 2010.
Ainsi, le Maroc veut s’imposer en tant que destination touristique de référence en termes de développement durable sur le pourtour méditerranéen grâce à un modèle touristique unique, qui combine une croissance soutenue avec une gestion responsable de l’environnement et le respect de notre authenticité socioculturelle :
Alors, nous serons, selon les différentes parties signataires de ce contrat-programme, la destination méditerranéenne de l’authenticité par excellence, fondée sur le rayonnement de notre culture et de nos traditions, dans leurs dimensions d’hospitalité, de raffinement et d’ouverture.
Selon toujours les différents intervenants dans ce secteur, nous serons reconnus au niveau international pour notre approche innovante de la durabilité, fondée sur des produits de nouvelle génération, une gestion pérenne des écosystèmes et la participation des populations au développement et aux bénéfices du tourisme.
Alors, ils veulent proposer aux visiteurs du pays une infrastructure touristique de classe mondiale en termes de qualité, de confort et d’accessibilité.
Pour réaliser cette ambition, ils ont décidé de faire émerger progressivement, tout au long de la décennie, six nouvelles destinations touristiques pour relayer la croissance des deux pôles internationaux déjà établis à Marrakech et Agadir. Ces huit destinations constitueront les points d’ancrage d’une politique d’aménagement territoriale articulée autour de cinq axes de développement majeurs qui devraient orienter les efforts de la décennie :
– Enrichissement de l’offre culturelle
– Poursuite du positionnement offensif sur le balnéaire
– Création d’une offre « Nature »
– Mise en place de corridors thématiques
– Structuration d’une offre performante d’animation

Des Chantiers de la diversité des produits touristiques : une stratégie de six programmes structurants

Sur la base du contrat-programme 2011-2020, des chantiers stratégiques devraient être ouverts selon six programmes structurants qui ont été définis en fonction du potentiel marocain en termes du culturel, du balnéaire et de la nature. Ces six programmes ayant comme tige commune le développement durable sont complétés par d’autres programmes centrés sur des niches à forte valeur ajoutée et sur des segments pour augmenter l’attractivité des destinations.
1. Programme Azur 2020 pour construire une véritable offre balnéaire Maroc compétitive au niveau international.
2. Programme Eco/ Développement Durable pour valoriser les ressources naturelles et rurales tout en les préservant, et veiller au respect de l’authenticité socioculturelle des communautés d’accueil en leur offrant des avantages socioéconomiques.
3. Programme Patrimoine et Héritage pour valoriser l’identité culturelle du Maroc à travers la structuration et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel du Royaume et la construction des produits touristiques cohérents et attractifs.
4. Programme Animation, Sport & Loisirs pour créer une offre d’animation riche, variée et complémentaire aux infrastructures touristiques de base afin de consolider l’offre touristique marocaine et la rendre plus attractive et plus compétitive.
5. Programme Niches à forte valeur ajoutée (Affaires et Bien-être) pour faire du Maroc une nouvelle destination internationale du Tourisme d’Affaires en créant des infrastructures permettant d’accueillir de grands événements internationaux et en organisant des synergies avec les segments sport et bien-être, animation et culture. Et faire aussi du Maroc une nouvelle destination internationale du bien-être et de la santé.
6. Programme Tourisme Interne pour répondre aux attentes des marocains en leur offrant un produit adapté tenant compte de leurs habitudes et de leur manière de voyager.
Ce sont donc les six programmes définis dans le contrat-programme pour développer et diversifier le produit touristique marocain.
Il a été prévu alors l’accélération des chantiers stratégiques initiés (Programmes «Azur 2020» et «Biladi»), le renforcement des investissements dans la valorisation du patrimoine et de la culture (Programme «Patrimoine et Héritage»), la diversification de l’offre touristique de produits d’animation culturelle et de loisirs (Programme «Animation et Loisirs»), la valorisation de l’ensemble des ressources naturelles et culturelles (Programme «Eco & Green»), et enfin le positionnement sur des produits touristiques à forte valeur ajoutées (Programme «Niches à forte Valeur Ajoutée»).
Ces programmes devraient être matérialisés par de grands projets structurants répartis sur les huit destinations, et qui devraient être impulsés et soutenus par l’Etat, quelle que soit la nature de leur promoteur. Les projets stratégiques, faisant l’objet d’une ambition pour chaque destination, peuvent ainsi bénéficier de tous les avantages et mesures inscrites dans le contrat programme du 30 novembre 2010, outre les dispositions générales contenues dans la réglementation (dont notamment la Charte de l’investissement).

Réalisation des programmes : Quelles mesures à prendre ?

Pour concrétiser l’ambition nationale et celles territoriales à travers ces programmes et projets, certaines mesures sont à prendre en considération.
Ainsi, il est prévu la mobilisation du foncier de l’Etat dans les délais convenus et à des prix raisonnables, et la mobilisation des terrains collectifs et du foncier communal.
L’Etat devrait aussi procéder aux aménagements hors sites et à la réalisation des infrastructures nécessaires pour l’attractivité des projets stratégiques et leur bonne mise en œuvre, et ceci dans le cadre des programmes annuels des départements concernés, tout en s’inscrivant dans le cadre des conventions spécifiques à chaque projet stratégique définissant notamment les modalités de financement et de réalisation de ces aménagements et infrastructures.
Le Maroc est appelé aussi à œuvrer pour la mobilisation du foncier nécessaire au développement des Stations Biladi dans les zones les plus prisées par les touristes marocains à des prix raisonnables. L’objectif étant de faciliter le développement d’une large palette de produits adaptés à leurs attentes et comportements.
En étroite collaboration avec les Domaines Privés de l’Etat (Ministère de l’économie et des finances), la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) allait avoir la possibilité de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires (y compris expropriations sauf pour les terrains collectifs et foncier communal) afin d’assainir le foncier des projets en cours en vue d’accélérer leur développement et de sécuriser le foncier pour la réalisation des projets stratégiques de la Vision 2020.
Il était prévu aussi de revoir le positionnement de la SMIT pour lui permettre de participer à l’aménagement de certains projets stratégiques situés dans les destinations nouvelles et émergentes, et ce pour en accélérer la réalisation.
L’Etat devrait orienter, stimuler et soutenir les initiatives privées locales visant à développer des projets complétant et enrichissant l’offre hôtelière des destinations et s’inscrivant dans le cadre stratégique du territoire touristique.
Un besoin d’accompagnement, d’encouragement et de soutien du développement des infrastructures sportives au sein des structures touristiques en étroite collaboration avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports, a été aussi souligné dans ce contrat. Cet accompagnement pourrait se matérialiser en fonction des besoins et possibilités par de l’apport d’expertise, la mise en synergie et mutualisation d’installations sportives (piscines couvertes, grands stades…) ou l’aide au montage de partenariats de financement.
L’Etat est appelé aussi à encourager l’investissement dans le cadre d’initiatives privées et/ou publiques, dans la réhabilitation et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel dans une démarche concertée visant à préserver l’héritage national et à en renforcer l’attractivité et l’accessibilité touristiques.
Les collectivités locales, de leur part, sont appelées à investir dans la mise à niveau et l’aménagement urbain des villes et destinations touristiques : propreté, gestion des espaces verts, gestion du transport urbain, signalétique.
Selon le contrat-programme 2011-2020, publié le 30 Novembre 2010, ces mesures devraient être appliquées dans les territoires touristiques dans le cadre des feuilles de route régionales.

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  Dossier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

M. Boudra appelle à l’amendement de la loi organique relative aux communes

Le président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC), Moh…