Accueil A LA UNE Mesures contre COVID 19 : Jusqu’à quelle limite ?

Mesures contre COVID 19 : Jusqu’à quelle limite ?

43 min lu
0
0

Sans préavis et sans avertissement préalable l’humanité est engloutie dans une pandémie qu’aucune force sur cette terre n’a pu arrêter sa propagation. C’est le nouveau coronavirus (COVID 19) qui jusqu’à présent n’est pas encore identifié par les laboratoires de virologie éparpillé dans le monde.
Le Maroc n’est pas épargné de cette catastrophe sanitaire, puisque jusqu’au vendredi 20 Mars 2020, 66 personnes sont contaminées, 3 décédées et 2 en guérison totale. L’état d’urgence sanitaire vient d’être déclaré par le ministre de l’intérieur, le jeudi 19, pour sa mise en œuvre à partir de 18h de ce jour le vendredi. Il s’agit d’une mesure exceptionnelle qui rappelle l’état de guerre pour faire face à cette catastrophe sanitaire ravageant les humains, bloquant leurs appareils respiratoires et les envoyant à la tombe.
Beaucoup de morts dans le monde, causés par le nouveau coronavirus (COVID 19), ce qui a provoqué la panique, la peur voire une phobie sociale enclenchée par cette maladie phobogène immaitrisable.
Le danger du Coronavirus 2019 réside dans la célérité de sa propagation et dans la panique qui se crée derrière elle. Perturbée par cette maladie contagieuse, la société marocaine s’est divisée en deux clans, avant qu’elle se rende à l’évidence : l’un est convaincu du danger encouru, l’autre parle d’une rumeur fallacieuse.
Les autorités marocaines utilisent tous les moyens légaux respectant la constitution et les règles de droit de l’homme tout en décrétant des mesures graduelles en termes de contrainte à la libre circulation et le rassemblement des citoyens. Elles se sont contentées au départ par des mesures souples du genre d’informations et de conseils pour que la contamination ne se propage pas. La réaction des citoyens était loin d’être prompte et efficace.

La société marocaine face au coronavirus 2019 : Quelle attitude ?

Eu égard à la menace provenant de la catastrophe sanitaire du Coronavirus 2019, les citoyens marocains n’ont pas changé leurs habitudes illico, puisque les cas de patients contaminés ne se sont pas présentés devant eux ; d’autant plus que la pandémie n’était qu’à ses début et cette catastrophe ne peut arriver qu’aux autres, selon leur conscience collective. Ajouter à cela, le nombre des contaminés et des patients décédés n’était pas élevé.
Cependant, l’égoïsme, l’intérêt personnel et l’individualisme ont été bien caractérisés dans le mental de certains citoyens qui se sont montrés avides et démesurés dans leurs besoins relatifs à la consommation quotidienne ; Ce qui suscite plusieurs interrogations sur le degré de solidarité qui doit prédominer dans des circonstances pareilles.
Il a été repéré aussi la manière avec laquelle les responsables de la communication essaient de diffuser l’information et de sensibiliser les citoyens sur les mesures hygiéniques à entreprendre pour ne pas se contaminer et contaminer les autres. Cette manière a montré que les pouvoirs publics assumant la responsabilité de la communication publique considèrent que la majorité écrasante des marocains sont des ignorants et des illettrés, d’où les spots de sensibilisation dominés par les chanteurs et les acteurs populaires, en l’absence totale jusqu’aujourd’hui, le vendredi 20 Mars 2020, des conseils provenant des médecins spécialistes, des virologues, des penseurs, des écrivains et d’autres personnes pouvant éclairés l’esprit et l’intelligence des citoyens dans le but de constituer un peuple capable de faire face à ce genre de catastrophe sanitaire.
C’est vrai que l’essentiel est certes de pouvoir canaliser un peuple vers le confinement et l’éloignement des uns des autres pour éviter la contamination et la propagation de ce virus ravageur, mais il faut penser dans l’avenir pour former des têtes capables d’accompagner les autorités publiques dans toutes les démarches, mesures et application des lois qui se convergent tous vers le bien-être des citoyens, la préservation de leur santé, la prospérité de ce pays et sa protection. C’est ce qu’on appelle le patriotisme !!
Coronavirus 2019 est là, mais les marocains sont aussi là pour se prémunir de cette maladie dévastatrice, à travers leur solidarité, leur courage et leur conviction vis-à-vis des bonnes intentions des hautes autorités du Maroc.

Les premières mesures pour se prémunir du Coronavirus 2019

Parmi les premières mesures prises pour faire face au Coronavirus nCoV-2019, c’est que le Maroc a instauré le Contrôle Sanitaire aux Ports et aéroports Internationaux.
Eu égard aux développements de la situation épidémiologique dans le monde, marqués par la présence confirmée du nouveau virus dans d’autres pays, notamment en Europe, le Maroc s’est contenté tout d’abord par l’instauration du contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux, en vue de « détecter précocement tout éventuel cas importé et d’enrayer la propagation du virus. » Ces mesures souples sont appliquées pour ne pas créer un désordre brutal chez les voyageurs et chez les gens qui se déplacent fréquemment.
Selon le communiqué du Ministère de la santé du Maroc, celui-ci « continue de considérer que le risque de propagation du virus sur le territoire national est faible et confirme, encore une fois, qu’aucun cas suspecté ni confirmé et n’a été enregistré à ce jour. »
Le ministère a renforcé le système national de veille et de surveillance épidémiologique tout en rassurant l’opinion publique que le dispositif de diagnostic virologique et de prise en charge d’éventuels malades est opérationnel.
Au début, aucune mesure de précaution spécifique n’a été recommandée par le ministère de la santé, en dehors des règles d’hygiène qui sont habituellement de mise, notamment lavage fréquent des mains, couverture de la bouche et du nez en cas de toux ou d’éternuement et éviction des contacts étroits avec les malades souffrant de symptômes respiratoires.
Il est à rappeler que jusqu’au 31 Mars 2019, le jour de l’apparition de cas de pneumonie dus au nouveau type du virus Corona en République Populaire de Chine, jusqu’au 31 janvier 2020, aucun cas de maladie n’a été enregistré au Maroc.
Et sur recommandation de son comité d’urgence du Règlement Sanitaire International, l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) n’a pas déclaré cette situation épidémiologique comme urgence de santé publique de portée internationale et ne recommande, pour le moment, aucune restriction de voyage ou de commerce à l’échelle internationale.
Ensuite, le Maroc a entrepris une mesure humanitaire tout en organisant une opération de rapatriement des ressortissants marocains de Wuhan en Chine, organisée sur hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en parfaite coordination entre tous les Départements concernés, ayant pour but de les ramener sur le territoire national le dimanche 02 février 2020.
Une équipe médicale, constituée de médecins et d’infirmiers civiles et militaires, a accompagné les ressortissants depuis Wuhan jusqu’aux sites d’accueil à l’hôpital Sidi Saïd de Meknès et à l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat. Ils étaient mis en observation, sous surveillance médicale étroite durant 20 jours, sous la supervision d’équipes médicales dédiées et formées à cette fin. En cette période, aucun cas de maladie due au nouveau virus n’a été enregistré.
Mais, la situation épidémique n’a pas laissé l’OMS indifférente, puisque elle allait déclencher l’urgence internationale, le jeudi 30 Janvier 2020.Une mesure exceptionnelle, qui n’a été prise que cinq fois dans l’histoire du comité d’urgence. Ce comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se réunissait à Genève, tire la sonnette d’alarme face au virus qui a déjà fait 170 morts et contaminé 7.700 personnes en Chine.
Ainsi, le comité a déclaré que le nouveau coronavirus apparu en Chine constitue désormais «une urgence de santé publique de portée internationale».

Il est à préciser que c’est une mesure exceptionnelle, depuis la création du Règlement sanitaire international, entré en vigueur en 2007. Alors, l’urgence de santé mondiale a seulement été décrétée cinq fois. L’OMS avait sonné l’alerte une première fois en 2009 pour la grippe H1N1, deux fois en 2014 pour la fièvre Ebola et la poliomyélite, et en 2016 lors de la propagation du virus Zika. Plus récemment, l’urgence mondiale avait été décrétée pour la fièvre Ebola en République démocratique du Congo, qui avait causé la mort de plus de 2.230 personnes en 2019.

Durant cette période le Ministère de la Santé est revenu pour informer l’opinion publique nationale que « la période de surveillance médicale des citoyens marocains rapatriés de Wuhan, épicentre de l’épidémie du COVID-19, accueillis à l’hôpital Sidi de Meknès et à l’hôpital militaire d’Instruction Mohamed V de Rabat pour 20 jours, est achevée. » Le Ministère affirme qu’aucun cas lié au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) n’a été enregistré parmi les citoyens rapatriés. La date de cette annonce était le 22 février.

Les premiers cas du nouveau coronavirus arrivent

Le Ministère de la Santé a annoncé l’enregistrement du premier cas confirmé du nouveau Coronavirus, par l’Institut Pasteur du Maroc, et ce durant la soirée du lundi 02 mars 2020, chez un ressortissant marocain résident en Italie. Il a été pris en charge au niveau de l’unité d’isolement de l’hôpital Moulay Youssef de Casablanca, conformément aux procédures en vigueur.
Durant ce temps-là, une équipe d’experts des centres, au niveau national et régional, des opérations d’urgences de santé publique, s’est précipitée pour mener les enquêtes nécessaires et identifier toutes les personnes en contact avec le patient, afin d’assurer leur suivi médical et entreprendre les mesures préventives nécessaires pour prévenir la propagation du virus, et ce, conformément aux normes nationales et internationales de sécurité sanitaire.
Le Ministère de la Santé a annoncé l’enregistrement d’un deuxième cas confirmé du nouveau Coronavirus par l’Institut Pasteur du Maroc et ce durant la soirée du mercredi 04 mars 2020. Il s’agit d’une citoyenne marocaine de provenance de l’Italie. Dans l’espace de deux jours, le Maroc déclare avoir sur son territoire deux personnes qui portent le coronavirus 2019 (COVID 19).
Ça devient sérieux alors pour les marocains et l’on commence à avoir peur de cette maladie dévastatrice qui ravage tout ce qui bouge sur son passage.
Les cas du nouveau coronavirus commencent à se défiler par l’enregistrement d’un troisième qui est un touriste français porteur du Covid-19, recensé par le dispositif national de vigilance et de veille épidémiologique et confirmé au niveau de l’Institut Pasteur.
Le patient est arrivé au Maroc le samedi 07 mars 2020. Suite à l’apparition de symptômes respiratoires qu’il a ressentis le dimanche 08 mars 2020 il s’est rendu à l’hôpital. L’équipe médicale a suspecté son infection au nouveau coronavirus et a entamé instantanément les mesures nécessaires. Alors, il a été pris en charge dans un centre hospitalier à Marrakech.
Ainsi, le Maroc a annoncé que la situation épidémiologique liée au virus Corona dans le pays jusqu’au vendredi 13 mars 2020 est à sept cas confirmés d’infection par le COVID19.
Seulement, la femme de 89 ans atteinte du Coronavirus, qui était enregistrée précédemment comme le deuxième cas d’infection par le virus Corona dans notre pays, est décédée suite à cette épidémie, le mardi 10 mars 2020 à 12h45.
Si le Maroc commence à compter ses morts dus à cette maladie immaitrisable, il y a lieu de signaler que le pays a créé la joie et l’espoir chez les marocains en annonçant un cas de guérison de cette maladie. Il s’agit du jeune homme provenant d’Italie, qui avait été annoncé plus tôt comme le premier cas d’infection par le coronavirus 2019 dans notre pays, qui s’est rétabli après que les tests de laboratoire et cliniques l’ont prouvé, et la personne concernée a quitté l’hôpital, le vendredi soir 13 mars 2020.
Du moment où les efforts des autorités sanitaires se multiplient pour sauver l’ensemble des patients atteints de cette épidémie, un huitième cas du nouveau virus est arrivé. Il s’agit d’une citoyenne française âgée de 64 ans, arrivée à Taroudant le lundi 2 mars en provenance de France, et après avoir montré des symptômes respiratoires le 10 mars 2020, elle a appelé «Alo Vigilance». Le personnel médical s’est déplacé à son domicile, et après avoir effectué l’analyse de laboratoire à l’Institut Pasteur du Maroc, l’infection a été malheureusement confirmée.
Comme l’on peut constater, le Maroc commence à recevoir des cas contaminés par le nouveau virus en masse et non pas par cas isolé comme auparavant. Ce qui rend la situation épidémiologique au Maroc dangereuse, voire catastrophique.
Neuf (9) nouveaux cas confirmés de nouveau virus Corona ont été enregistrés au Maroc, portant à 17 le nombre total de cas confirmés de maladie de Covid-19, jusqu’à samedi 14 mars 2020.
Les neuf cas concernent huit immigrés marocains résidant en: Espagne (4 cas), Italie (3 cas) et un immigrant marocain résidant en France. Ces immigrés sont entrés au Maroc entre le 24 février et le 12 mars 2020, dans les villes suivantes: Tétouan, Rabat, Casablanca, Fès et Khouribga
Si le Maroc était en train de gérer 1, 3, voir 8 cas du nouveau virus, il n’en demeure pas moins que l’arrivée à un tel nombre comme 17, 20 ou plus, montre que la situation épidémiologique devient catastrophique.
Après la conférence de presse tenue par le ministère de la santé, le samedi 14 mars 2020, un nouveau cas d’infection par le virus corona émergent a été confirmé.
Et du samedi soir au dimanche 15 Mars, 10 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés avec le même virus, ce qui porte le nombre total de cas confirmés de maladie de Covid-19 à 28, dans notre pays jusqu’au dimanche 15 mars 2020.
Ces cas concernent 6 cas d’Espagne, deux de France, deux d’Italie et un d’Autriche.
Ça devient de plus en plus dangereux, alors il va falloir passer au plus haut degré de la vigilance et du contrôle pour cerner, contourner et anéantir par la suite ce nouveau virus covid 19.

Les grandes mesures décrétées par l’Etat

Les autorités compétentes qui veillent sur la santé et la sécurité des citoyens multiplient leurs efforts dans un cadre de parfaite coordination pour combattre le coronavirus 2019. Son danger réside dans sa propagation de façon très rapide.
Eu égard à l’ampleur de la situation épidémiologique, le Maroc n’hésite pas à prendre de grandes mesures pour stopper l’épidémie.
Ainsi, le ministère de l’intérieur décrète la fermeture au public jusqu’à nouvel ordre à partir du lundi 16 mars 2020 à 18H00, les cafés, restaurants, salles de cinéma et de théâtre, salles de fêtes, clubs et salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité.
Cette décision ne concerne pas les souks, les commerces et les locaux de vente de produits et matières de première nécessité ainsi que les restaurants qui livrent à domicile.
Il a été décrété aussi la fermeture des mosquées, suite à la fatwa demandée par Amir Al-Mouminine au Conseil supérieur des Oulémas, l’instance scientifique chargée des fatwa a recommandé, alors la fermeture des mosquées pour les cinq prières et la prière du vendredi et ce à partir du lundi 16 mars 2020 correspondant au 21 Rajab 1441.
Les citoyens sont rassurés sur la reprise des prières une fois la situation sanitaire au Maroc devient normal et qu’il n’y a aucun danger à encourir à travers les rassemblements et le contact entre individus.
Parmi les grandes mesures qui ont été prises aussi par l’Etat marocain, c’est que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné Ses Hautes Instructions au gouvernement pour procéder à la création immédiate d’un fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus, le 15 Mars 2020, à Rabat.
Ce fonds, doté de 10 milliards de dirhams, est réservé, d’une part, à la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir, dans l’urgence.
Il sert aussi, d’autre part, au soutien de l’économie nationale, à travers une batterie de mesures qui devront être proposées par le gouvernement, notamment en termes d’accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits par la crise du Coronavirus, tels que le tourisme, ainsi qu’en matière de préservation des emplois et d’atténuation des répercussions sociales de cette crise.
Les banques, membres du GPBM, se sont mobilisées aussi pour réduire l’impact de cette pandémie sur l’économie et sur le quotidien des marocains en réaffirment leur volonté de gérer et de dépasser cette crise mondiale dans les meilleures conditions possibles.
Ainsi, le GPBM propose le Report d’échéances des crédits amortissables pour les particuliers et professionnels (vie privée) : les banques accorderont à tous leurs clients qui le demandent par écrit le report du règlement des échéances amortissables (crédits immobiliers et crédits à la consommation), pour une période de 3 mois, renouvelable une fois pour une durée similaire. Le deuxième report doit être justifié sur demande écrite du client dûment argumentée.
Idem pour les Professionnels et les TPE et pour les Entreprises.
Le GPBM propose aussi la couverture des besoins en fonds de roulement des entreprises (TPME et GE), nés de la situation induite par la crise sanitaire COVID.19.
D’un autre côté, et pour permettre aux banques de faire face à leurs besoins additionnels de trésorerie, provoqués par les retraits massifs de dépôts clientèle constatés ces derniers jours, et qui seront amplifiés par le report des encaissements des crédits amortissables, et s’agissant de besoins qui n’étaient pas prévisibles et donc non anticipés, les banques sollicitent l’accompagnement de Bank Al Maghrib.
Et pour couronner toutes ces mesures et rendre leurs applications plus efficientes et plus efficaces, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu dans une audience royale le Chef du Gouvernement, M. Saad Dine El Otmani, le ministre de l’Intérieur, M. Abdelouafi Laftit, le ministre de la Santé, M. Khalid Ait Taleb, le général de Corps d’Armée, Abdelfattah El Ouarak, inspecteur général des FAR, le Général de corps d’Armée Mohamed Haramou, commandant la Gendarmerie Royale et le Directeur général de la Sûreté Nationale, Directeur général de la Surveillance du territoire national, M. Abdellatif Hammouchi.
Selon un communiqué du Cabinet Royal, « Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, mardi 17 mars 2020 au Palais royal à Casablanca, une séance de travail consacrée au suivi de la gestion de la propagation de la pandémie du Coronavirus dans notre pays et à la poursuite de la prise de mesures pour faire face à toute évolution. »
Ainsi, « le Souverain, que Dieu Le préserve, Chef Suprême et Chef d’État-major général des Forces Armées Royales (FAR), a donné Ses Hautes instructions à l’Inspecteur général des FAR, pour mettre les structures de santé équipées, dont la création avait été ordonnée auparavant par le Souverain dans les différentes régions du Royaume dans cet objectif, à la disposition du système sanitaire avec toutes ses composantes, en cas de besoin. »
Le communiqué du Cabinet Royal ajoute que « Cette réunion a été l’occasion de passer en revue les étapes de mise en application des mesures qui ont été prises sur Hautes orientations de SM le Roi et qui concernent la fermeture de l’espace aérien et maritime marocain devant les voyageurs, l’annulation des rassemblements et des manifestations sportives, culturelles et artistiques, la création d’un Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), la suspension des cours dans les écoles et les universités, la fermeture provisoire des mosquées, la suspension des audiences dans les différents tribunaux du Royaume, outre une série de mesures prises par les autorités compétentes dans le domaine des transports publics et la fermeture des espaces publics non nécessaires. »
La bonne application des mesures efficientes visant à assurer l’approvisionnement des marchés, sur l’ensemble du territoire national, en produits alimentaires et de consommation, produits d’hygiène et de désinfection, d’une manière régulière et permanente, et lutter contre toute forme de spéculation et de hausse des prix, était aussi à l’ordre du jour lors de cette séance de travail présidé par le souverain.
Sa Majesté le Roi a donné aussi ses Hautes instructions au Chef du Gouvernement et à tous les départements concernés de prendre toutes les mesures nécessaires, et de se préparer à une nouvelle étape en cas de nécessité.
La situation épidémiologique causée par la propagation du nouveau virus Covid 19 entraine derrière elle deux faits réels, l’un est un méfait l’autre un bienfait. Pour le premier, c’est vrai que le coronovirus 2019 a causé des dégâts humains et que la pandémie a enclenché une frayeur chez les citoyens et une crise économique et sociale ; mais pour le deuxième, cette crise sanitaire a engendré une solidarité remarquable entre les pouvoirs publics et les citoyens, une confiance totale régnant entre les gouvernants et les gouvernés. Les citoyens réagissent aux appels des autorités de façon positive et spontanée. Les citoyens ont admis et de manière incontestable que l’Etat veille sérieusement et réellement sur le sort des marocains et sur leur état de santé. A ne pas oublier dans l’avenir !!
Comme il a été déjà avancé dans l’éditorial de cette édition, le Maroc peut sortir de cette crise épidémiologique causée par le coronavirus 2019, plus fort, glorieux (plus que vainqueur) et solide dans ses rapports reliant le sommet à la base.
Que Dieu protège ce pays convivial, généreux et compagnon fidèle et loyal dans les crises, LE MAROC.

Jamal KORCH

Voir plus d'articles
Charger plus  Innovant
Charger plus  A LA UNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Etablissements de crédit et organismes assimilés: Adoption du projet de loi N°44.20

Le projet de loi n°44.20 modifiant et complétant la loi 103.12 relative aux établissements…