L’Agence belge pour le développement, organise en partenariat avec l’Union européenne, le Ministère de la Justice et le Département des Marocains résidant à l’étranger auprès du Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, l’atelier de clôture du projet « Empowerment juridique des personnes migrantes » et ce le jeudi 20 octobre 2022 à l’Hôtel Dawliz à Rabat.

Cet événement est l’occasion de présenter un état des lieux des différents résultats atteints par le projet, avec la présence de plusieurs partenaires et acteurs clefs de la thématique migratoire, notamment des institutions publiques, des organismes internationaux, des associations de la société civiles, ainsi que des universités.

De novembre 2018 à octobre 2022, le projet « Empowerment juridique des personnes migrantes » a contribué à la mise en œuvre de la Stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA) lancée par le Royaume du Maroc, durant sa mise en œuvre elle a pu atteindre plusieurs résultats dont notamment :

L’élaboration d’un « guide des droits et obligations des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés au Maroc » et de fiches d’information issues du guide qui contribuent à sensibiliser les personnes migrantes sur leurs droits et devoir ;

Au travers de partenariats de subside avec deux associations, à savoir Droits et justice et l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH), 2197 migrants, réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés dans leur accès aux droits, parmi lesquels 233 personnes ont été accompagnées dans leur demande d’asile. 118 personnes migrantes ont également été accompagnées dans leurs questions d’accès aux droits par des cliniques juridiques universitaires.

36 formations et ateliers ont été organisés au profit des différentes parties prenantes dans l’accès aux droits des personnes migrantes dont des magistrats formateurs, des membres du personnel et des responsables administratif des tribunaux, des fonctionnaires du Ministère de la Justice, des représentants d’institutions étatiques telles que le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) et l’Entraide nationale, des associations de la société civile, des avocats, des professeurs et des membres des cliniques juridiques d’universités, soit un total de 1731 bénéficiaires.

L’appui à la création et la mise en réseau des acteurs travaillant dans la thématique migratoire, à savoir :

L’appui à la création d’un réseau national de cliniques juridiques universitaires marocaines (www.cju.ma)

L’appui au travail en réseau d’avocats spécialisés dans le droit des étrangers

Le renforcement des réseaux locaux de coordination qui contribuent à améliorer la coordination et le référencement entre les différents acteurs locaux de l’accès aux droits des étrangers.

À propos du projet « Empowerment juridique des personnes migrantes :

Le projet « Empowerment juridique des personnes migrantes » a contribué à améliorer l’accès aux droits des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés en travaillant sur 3 axes :

Le renforcement des connaissances des droits des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés en mettant à jour, compilant et assurant la transmission de ces informations aux populations cibles et aux prestataires de services ;

Le renforcement de compétences, de services et de travail en réseau des acteurs et prestataires de services en vue de renforcer l’accès effectif des populations cibles à leurs droits ;

Le renforcement de la production, l’analyse et la transmission d’informations relatives à l’accès aux droits des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile au travers de la coordination et du travail en réseau. Ce travail a également permis de favoriser la remontée de l’information vers les services publics contribuant à l’accès aux droits des étrangers.

« Empowerment Juridique des personnes migrantes » est un projet est financé par l‘Union européenne et mis en œuvre par Enabel, l’Agence belge de développement, en partenariat avec le Ministère de la Justice et

Le Département des Marocains résidant à l’étranger auprès du Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

Ce projet entre dans le cadre d’un partenariat entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne, ainsi que de l’appui du Royaume de Belgique, pour la mise en œuvre de la politique migratoire marocaine. Les zones ciblées par le projet sont les régions de Casablanca-Settat, l’Oriental, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma au Maroc et différentes universités en Tunisie.